Chaque personne a droit en Irlande à un service de santé de base. Les services de santé sont administrés par 8 institutions régionales (Regional Health Boards)

Le Dole

C’est en quelque sorte l’équivalent de l’assurance chômage ou du RSA, avec quelques variantes cependant. Toute personne peut postuler pour toucher le Dole, y compris les étudiants ou les nouveaux arrivants en Irlande. Il suffit d’être en Irlande depuis plus de deux semaines et de déposer un dossier comprenant tous les renseignements sur sa situation actuelle et passée : revenus précédents, épargnes et économies que l’on possède, dépenses en logement, etc. Le traitement du dossier prend un certains temps et certains papiers (relevés de compte, anciens bulletins de salaire, etc) sont généralement demandés. En cas de perte d’emploi ou de fin de contrat, c’est également vers le Dole que l’on doit se tourner. Les indemnités ne sont pas très importantes, permettent difficilement de vivre en tout cas, mais " être sur le Dole " offre certains avantages comme une prise en charge totale des frais de santé et une allocation logement par exemple.

Régime général de sécurité sociale

Toute personne, à partir du moment où elle travaille, a un numéro de PRSI qui sert au paiement des impôts mais aussi à la cotisation au régime général de sécurité sociale. Toutefois, seuls les gros problèmes sont pris en charge, par exemple une hospitalisation en hôpital public, ainsi que certains examens s’ils ont été demandés par un médecin et s’ils sont réalisés dans un hôpital public désigné par le médecin. Le reste est à la charge du malade. C’est-à-dire que les visites chez le médecin (généraliste ou spécialiste), les soins dentaires, les verres correcteurs, les médicaments ne sont absolument pas remboursés. Par contre, il est bon de garder absolument tous les reçus de soins médicaux puisque les dépenses médicales et certaines dépenses dentaires sont déductibles d’impôt si elles dépassent un certain montant par personne et par an.

Le système privé de protection santé

Les assurances privées sont essentiellement le VHI (Voluntary Health Insurance Board) et la BUPA . Quelques programmes ont été mis en place par HAS Healthcare dans le système public ou privé.

VHI a été créé en 1957 comme organisation à but non lucratif et a eu longtemps le monopole du marché (aujourd'hui environ 1,5 million de membres). BUPA et une organisation d’assurance santé à but non lucratif opérant dans plus de 170 pays. Il opère en Irlande depuis 1996. BUPA et VHI fonctionnent sur la base d’un "community rating" pour leurs primes (premiums). Exception faite des enfants de moins de 18 ans (qui bénéficient d’une prime plus faible), tous les membres payent le même premium quelque soit leur âge. HAS Healthcare offre des paiements non taxés pour couvrir les frais de santé quotidiens (dentaires optique kinésithérapie) à des tarifs assez bas.

Les soins et les prix

Pour tout problème médical, il faut avant tout consulter un médecin généraliste que l’on choisit librement. Il n’est pas possible de consulter directement un spécialiste. C’est le généraliste qui décide de la pertinence d’une visite chez le spécialiste et qui émet le cas échéant une lettre de recommandation permettant au patient de prendre rendez-vous. La consultation d’un spécialiste dans un hôpital public coûte environ 40 euros, mais il y a parfois des attentes importantes : il n’est pas rare que l’on vous demande d’attendre 3 mois pour prendre un rendez-vous qui sera fixé au moins 6 mois plus tard (d’où l’intérêt des assurances privées qui éliminent ces attentes, même dans les hôpitaux publics). La consultation d’un spécialiste en clinique doit également être requise par un généraliste ; elle présente nettement moins de délais, mais il faut être prêt à y mettre le prix, puisqu’il n’y a pas vraiment de règle ni de limite aux honoraires. Quant aux soins dentaires, ils sont également plus chers qu’en France.

Retraite

Le PRSI inclut également le système de retraite : une allocation retraite est versée par le gouvernement irlandais à toute personne ayant travaillé deux ans ou plus en Irlande. Mais, estimant les montants reversés trop faibles ou manquant de confiance dans l’avenir du système, beaucoup d’Irlandais se dotent d’un plan de retraite supplémentaire.

Il existe des plans de cotisation retraite privés. Comme pour les assurances privées, les employeurs offrent souvent à leurs employés permanents un plan de retraite privé, ou plus exactement de participer à une certaine hauteur aux cotisations. Ces cotisations sont également déductibles d’impôt.

Dans les autres rubriques

Vie pratique en Irlande