Au sujet de Saint-Patrick, des traditions déformées par les âges sont parvenues jusqu'à nous, dont beaucoup se sont établies autour d'un Saint Patrick omniprésent qui, crosse en main, aurait fait invinciblement reculer le paganisme. Selon la tradition, c'est en 432 que Saint Patrick débarqua en Irlande. Son zèle était tel et son dévouement si admirable qu'en l'espace d'une trentaine d'années, toute l'Irlande fut convertie au christianisme. Elle devint un modèle pour la chrétienté. La foi qui l'animait et les miracles que Dieu lui donna la grâce d'accomplir avaient eu raison de toutes les difficultés et résistances.

L'histoire de Saint Patrick

Saint Patrick ne se considérait pas comme l'apôtre de l'Irlande. Selon un bref document où il relate partiellement ses expériences, il se présente comme le témoignage émouvant d'un labeur éprouvant, humble dans ses ambitions comme dans ses résultats. Son auteur insiste sur la difficulté de la mission et sur les qualités diplomatiques dont il dut faire preuve pour éviter de heurter les sensibilités, d'une part, et de donner prise à la calomnie, d'autre part. Son apostolat ne fut cependant pas vain et Patrick se crédite lui-même de la conversion de milliers de païens. Malgré ces succès, au moment de la rédaction de la Confession, l'Irlande était toujours païenne. Son activité semble s'être cantonnée au nord voire même seulement au nord-est du territoire irlandais. Ses allusions à une visite dans une région aux limites du monde habité, souvent identifiée comme la côte ouest de l'île, ne peuvent impliquer qu'une zone limitée de cette côte et un séjour bref.

La tradition patricienne telle qu'elle nous est parvenue n'est donc en réalité guère qu'un mythe élaboré bien après la mort de Patrick. La rédaction des Vies apologétiques de Patrick qui donnèrent naissance à la légende fut en effet suscitée vers la fin du VIIe et le début du VIIIe siècle par le désir de l'Eglise d'Armagh, capitale épiscopale de la mission patricienne, d'étendre sa juridiction à l'ensemble de l'île et de se composer la plus vaste paroisse possible. Ainsi si Patrick, évêque d'Armagh, était l'apôtre d'Irlande, Armagh méritait, de droit, d'exercer sa domination sur toute l'Eglise d'Irlande. L'enjeu valait bien quelques manipulations de la réalité historique, dont on ne savait, de toute façon, que peu de choses.

Dans les autres rubriques

Histoire de l'Irlande