En 1858 est fondé un mouvement dont le but est d'obtenir l'indépendance par tous les moyens: les Frères Républicains Irlandais nommés aussi les Fenians, qui est devenue aujourd'hui l'IRA. On compte parmi eux un autre groupe catholique nationaliste et républicain: les Volontaires Irlandais. En opposition se crée, en 1913 un parti formé de protestants unionistes: les Volontaires d' Ulster

Les Pâques sanglantes

Les militants du parti républicain, menés par Eamon de Valera décident de profiter de la guerre de 1914/1918 pour lancer une insurrection. Le lundi de Pâques 1916, les rebelles, composés d'à peine 1500 personnes, s'emparent de la Poste centrale de Dublin. En moins d'une semaine, tout était fini. La Grande–Bretagne vécut cet assaut comme une trahison et décida d'envoyer 20 000 hommes. La répression anglaise fut particulièrement sanglante : quinze exécutions et 3 500 arrestations souvent injustifiées.

L'IRA

La popularité d'Eamon de Valera grandit instantanément. Le Sinn Fein dont il devient président en 1917, remporte une victoire incontestable aux élections de 1919. Les parlementaires élus refusent de siéger à Londres et constituent un parlement irlandais le Dail Eirann, et organisent une armée, l'Irish Républicain Army (IRA).

La partition de l'Irlande

Le traité Anglo–irlandais de 1921 met fin à la confrontation et organise la partition actuelle de l'Irlande, toujours rejetée par les républicains de l'IRA. Le Nord qui regroupe prés d'un million de protestants loyalistes et une majorité de catholiques, est rattaché à l'Angleterre. Le Sud, Etat libre, devient dominion de l'Empire britannique. Le pays est déchiré par la guerre civile qui se conclut en 1923 par la victoire des partisans du traité, mis au point par Griffith et Michael Collins.

La guerre civile

A Dublin, le traité fut voté à une courte majorité et, après une tentative de réconciliation entre ses partisans et ses adversaires, l'impasse fit progressivement place à la guerre civile. Elle fut plus cruelle que le conflit anglo-irlandais. Des régions entières se déchirèrent. Collins fut assassiné au cours de l'été 1922, 12 000 opposants furent internés et 77 prisonniers exécutés. Cette confrontation fratricide laissera des cicatrices profondes dans la mémoire collective pendant des décennies.

Dans les autres rubriques

Histoire de l'Irlande