La protection de base est offerte à tous les employés si vous êtes enregistré auprès des services de protection sociale. Toute personne travaillant en Irlande, si elle a plus de 16 ans, peut bénéficier de cette protection par le paiement de la contribution à la Sécurité Sociale nationale. (le PRSI ou " Pay - Related Social Insurance " ). Elle est en partie financée par un prélèvement direct sur le salaire. Elle comprend les pensions de retraites, de chômage, etc.

Tous les citoyens de l'Union Européenne qui vivent en Irlande sont automatiquement couverts par la Sécurité Sociale irlandaise. De plus, s'ils présentent le formulaire E111 (qu'il faut se procurer en France auprès de la sécurité sociale locale) ils seront pris en charge en cas d'urgence. En tant que citoyen de l'Union Européenne, les Français ont accès aux services de santé dans les hôpitaux publics, y compris les consultations avec des frais minimum. Dès leur arrivée sur le sol irlandais, les Francçais d’une couverture médicale similaire à celle dont vous bénéficieriez en France.

Une fois que vous aurez trouvé un travail en Irlande et que vous cotiserez par le biais de votre numéro PRSI aux charges sociales, vous serez couvert par le régime irlandais, qui vous permet de recevoir des soins gratuits en cas d’hospitalisation. Pour tous les autres soins et médicaments, il faut payer le plein tarif.

Il existe deux entreprises d’assurance maladie complémentaire privée en Irlande. Certaines assurances maladies complémentaires privées françaises peuvent être transférables en Irlande.

La couverture sociale en Irlande n’a pas grand chose en commun avec le système français. Le PRSI (Pay Related Social Insurance) couvre le chômage, la retraite, les invalidités et les soins dentaires et ophtalmologiques, mais dans une mesure bien moindre que la sécurité sociale française. Comme les impôts, la cotisation au PRSI est prélevée directement à la source par l’employeur.

Si vous êtes envoyé par votre généraliste (GP General Practicionner) à un service d'urgence, c’est gratuit, sinon cela vous coûtera le montant d'une franchise (services maternité et pédiatrie y compris services d’un généraliste pendant grossesse et jusqu’à 6 semaines après la naissance). Si vous souffrez d’une longue maladie vous pouvez recevoir un remboursement partiel des médicaments, dans le cas où vous n’avez pas de carte médicale. Les enfants ont droit à des vaccins jusqu’à 15 mois et à des contrôles dentaires annuels à l’école primaire.

Les assurances privées

Etant donné que le régime général ne couvre pas toutes les dépenses, les assurances privées sont très développées. La plupart du temps les employeurs prennent en charge les cotisations à ces assurances privées pour leurs employés qui ont un contrat à durée indéterminée. Mais il est également possible de cotiser indépendamment ; les cotisations en ce cas sont légèrement supérieures. Les deux principaux assureurs sont VHI et BUPA. Ils offrent plusieurs niveaux de couverture et donc plusieurs niveaux de prix.

Le principal avantage des assurances privées est qu’elles prennent en charge des soins en hôpitaux ou cliniques privés ; elles permettent donc un meilleur confort lors d’une hospitalisation, mais surtout celui de ne pas subir les attentes très fréquentes et très longues dans le hôpitaux publics. D’autre part, elles peuvent prendre en charge certains soins médicaux qui ne sont pas couverts par le régime général (généralistes, kinésithérapeute, soins dentaires) selon certaines conditions.

Les cotisations payées aux assurances privées (concernant la santé uniquement) sont déductibles d’impôt.

En s'affiliant à la La Caisse des Français de l'Étranger (CFE), on reste à la Sécurité Sociale, ce qui facilite donc le départ et le retour. Elle rembourse, comme toute Caisse de Sécurité Sociale, sur la base des tarifs français. Mais cette mutuelle est chère.

Dans les autres rubriques

L'expatriation en Irlande